Ordre Souverain et Militaire du Temple de Jérusalem (OSMTJ)
MAGNUM MAGISTERIUM
STATUTS (De 1705 et révisée en 1973)
Art. 01

l’Ordre Souverain et Militaire du Temple de Jérusalem (ORDO SUPREMUS MILITARIS TEMPLI HIEROSOLYMITANI), traditionnellement chrétien, chevaleresque,
cosmopolite, indépendant et apolitique, est régi par les Actes Souverains suivants: La Règle écrite par Saint-Bernard, la Charte de Transmission, émise par le 24ème GrandMaître F. Jean-Marc, le 13 Février 1324 et souscrite par les Grand-Maîtres ses
successeurs, les Statuts Généraux décrétés par le Convent Général tenu à Versailtes, l’An 1705, les Statuts 1947 (Procès-Verbal du 27 Décembre de 1946) et les Décrets Magistraux, dùment compilés et actualisés aux présents statuts.

Art. 02

L’Ordre solidement affermi dans l’esprit religieux et militaire de ses origines a pour vocation de nos jours :

L’extension du Règne de Notre Seigneur Jésus-Christ dans la société par l’accomplissement des préceptes évangéliques et la pratique des oeuvres de justice et de miséricorde.

La défense de la Foi, de la Sainte Eglise et de la Civilisation Chrétienne.

Le maintien de la présence et de l’influence chrétiennes en Terre Sainte.

Le service des déshérités, des pauvres et des malades.

L’édification spirituelle de ses membres.

Défense des innocents accusés injustement.

A cÓté des devoirs impérieux de sa vocation traditionnelle, l’Ordre se propose également d’effectuer le recensement, la restauration, l’entretien et l’étude des monuments et des archives qui témoignent de son ancienne ferveur et de sa pérennité spirituelle. ll encourage aussi les études historiques, héraldiques, généalogiques, philosophiques et religieuses qui ont trait à son passé, à sa
vocation présente et à sa spiritualite.
872-30

Art. 03

Chaque Grand Prieuré sera autonome dans sa nation. L’indépendance de la Fédération internationale des Grands Prieurés Autonomes de l’OSMTJ est confirmée par la présente. Les Grands Prieurés ont la liberté d’élire leurs propres Grand Prieur et officiers.

Art. 04

Les Fètes de l’Ordre sont celles de Saint Jean-Baptiste (le 24 de Juin), de Saint Bernard, Abbé de Clairvaux, (le 20 Aoùt) et de Saint Jean l’Evangéliste (le 27 Décembre).

ll y a un jour de deuil, consacré à la Mémoire des Martyrs de l’Ordre, le 1 1 ou 18
Mars.

Art. 05

La Croix de l’Ordre est la traditionnelle croix pattée. (213).

Art. 06

Le Grand Etendard de l’Ordre, dit Beaucéan (Baucennus)
Croix de l’Ordre touchant les bords. L’Etendard de Guerre est palé,
blanc et de noir. Est de blanc, portant la neuf pièces, de.

Art. 07

La devise de l’Ordre est : .

Art. 08

L’ancien cri de guerre est: <.

Art. 09

Les armoiries de l’Ordre se composent d’un écu ancien d’argent à la Croix de l’Ordre, timbré d’heaume royal couronné d’or et entouré du Collier. Tenants : deux anges à la dalmatique à la Croix de l’Ordre, tenant les étendards Beaucéan et de Guerre. Pavillon de pourpre doublé d’hermine, sommé d’une couronne d’or.  Une autre forme plus simple des armoiries est constituée par le mème écu, brochant sur deux épées croisées, entouré du Collier et sommé d’un heaume d’argent à la plume blanche.  Ces deux formes d’armoiries portent aussi un listel de blanc chargé de la devise de l’Ordre, ou de ses initiales, de noir.

Art. 10

Le sceau est circulaire et ovale, portant au centre les armoiries entourées du nom de l’Ordre, en latin, et des inscriptions suivantes : Magn. Mag. Sigill., pour la GrandeMaÎtrise;Magn. Priorat. N. (abreviation du nom de la Nation Priorale, en latin) Sigill., pour
les Grand-Prieurés; Balliv. N. (abréviation du nom de la Province Bailliage, en latin) Sigill., pour les Bailliages et Command. N. (abréviation du nom de la Ville Commanderie, en tàtin; Sigill., pour les Commanderies.
*
Unique

Les sceaux antiques de l’Ordre, dits le sceau du Grand- Maître Jean, du chevalier Croisé et du Saint-Jean sont opposés seulement dans les actes magistraux.

Art. 11

La langue officielle de l’Ordre est la Italien, Français et en Anglais, substituée par la l’usage courant.

Art. l2

La Grande Maîtrise (Magnus Magisterium), autorité suprème de l’ordre est régie par un Grand-Maître (Magnus Magister), élu à vie par le conseil suprème Électeur et par un Régent (Princeps Regens à vie désigné par son prédécesseur.
a) La fonction de Grand-Maître est plus représentative,
b) La fonction du Régent est plus administrative,
c) En cas d’ètre le mème membre avec ces deux fonctions pourra indiquer : Magnus Magister et Princeps Regens.
La Grande Maîtrise a de pleins pouvoirs pour représenter, gouverner et diriger l,ordre, garder ses archives, déterminer le lieu du siège Magistral (sedes Magistralis), faire et réformer des statuts et des règlements;

décider tous les cas douteux;

nommer le chapitre Général ; constituer des Grands Prieurés, des prieurés, des Bailliages, oes Commanderies et choisir leurs dignitaires;

Nommer, promouvoir et démettre chevaliers de tous les grades;

Administrer les biens de l’ordre, en jouissant de tous les nonneurs, attributions, prérogatives et privilèges attachés à la souveraineté et ses décisions sont définitives, sans appel.

Art. 13

Le Chapitre Général :
0l’) D’un Grand-Maître
02′) D’un Régent =
Vice-Grand-Maître
03′) D’un Coadjuteur-Général –
Prètre Catholique
04′) D’un Grand-Chancelier
05′) D’un Grand Secrétaire-Magistral
06′) D’un Grand-Prieur-Magistral
07′) D’un Maître de Cérémonies Magistral
08′) D’un Grand Trésorier Magistral
09′) D’un Conseiller Général Magistral
10′) D’un Grand Bailli Général Magistral
11′) D’un Commandeur Général Magistral
l2′) D’un Légat Général Magistral
13′) D’un Inspecteur Général Magistral.

Art. 14

Le convent Général (Conventus Generalis), qui se compose de l,universalité des Chevaliers et dames de I’ordre, ne se réunit que par un Décret Magistral, expédié au moins six mois d’avance.

Art. 15

Dans chaque nation, peut ètre régi par un Grand-Prieur (Magnus Prior), En nom de la nation, se forme le nom bénéficial du Grand Prieur. Rua Gonqalo Cristovao 96/1D
*
unique

A l’intérieur d’un Grand-Prieuré pounont ètre organisés des
prieurés dépendants directs de la Grande-Maîtrise, de membres avec buts spécifiques ou professionnels : militaires, moines, religieuses, etc. Ces prieurés n,usent pas le’nom de Province en vue de n’y avoir pas juridiction tenitoriale

Art. 16

Dans la juridiction de chaque Grand-prieuré, peuvent ètre constitués des Bailliages (Ballivatus), comprenant une ou plusieurs provinces, régis par des Baillis (Ballivus), dépendant directement du respectif Grand-prieuré. Du nom de la province, siège du Bailliage, se forme son nom, ainsi que le nom ou titre bénéficial du Bailli.

Art. 17

Dans la juridiction de chaque Bailliage, peuvent ètre constituées des
commanderies (commandariae), comprenant une ou plusieurs Villes, régies par des commandeurs (commendator) dépendant directement du respectif Bailliage. Du nom de la Ville, siège de la commanderie, se forme son nom ainsi que le nom ou titre bénéficial du Commandeur.
*
Unique –
Dans les Commanderies pourront étre constitués Prieurés conventuels régis par Prieurs Conventuels.

Art. 18

Les conditions requises pour ètre admis dans l’Ordre sont :
l’) Avoir 18 Ans.
2′) Etre de religion chrétienne et avoir l’honorabilité, les vertus et les meurs d,un vrai
chrétien.
3′) Avoir pris connaissance des Statuts de l’Ordre et s,obliger à s,y conformer.

Art. l9

Pour ètre admis à l’Ordre, le candidat devra présenter
:
1′) curriculum vitae avec son nom complet, adresse, religion, date et lieu de narssance
et de baptème, nom des parents et des ar’euls, état (si marié, le nom de l’épouse, date
et lieu de mariage), profession, habilitations littéraires et scientifiques, rravaux,
publications, distinciions honorifiques et académiques et décorations.
2″) Deux photos (4 x 6 cm) de préférence en tenue de soirée ou uniforme avec décorations. Etant admis, le candidat recevra diplóme signé par le Grand- Maître ou un carnet d’identité muni des sceaux du Grand-Magistère, portant le enregistrement au Registre Général des Dignitaires de l’Ordre.  Par le Régent et numéro de son

Art. 20

L’Ordre comporte cinq grades
héréditaire :
a) Chevalier (Eques)
b) Officier (Officialis)
c) Commandeur (Commendator)
d) Grand-Officier (Magnus Officialis)
e) Grand-Croix (Magnus Crux)
*
Unique

L’héritier de quelque grade Maîtrise pour sa régularisation.
de chevaliers, qui peuvent ètre conférés à titre de l’Ordre devra se communiquer à la Grande.

Art. 21

L’Ordre pourra comporter l
a) Postulants
b) Écuyers (Armiger) àge 12 à 21 .
Les personnes qui ont la Croix de Mérite (Menti signalés à l’Ordre.
Crux) pour récompense des services

Art. 22

Les signatures des chevaliers seront précédées d’une croix et de l’initiale F. (Frere). La croix sera triple pour le Grand-Maître ou le Régent, double pour les hauts dignitaires (Grands-Croix et Grands-0fficiers), simple pour les Commandeurs et Officiers et seulement l’initiale F. pour les Chevaliers.

Art. 23

Les membres de l’Ordre doivent :
1) Venir en aide à toute faiblesse, toute misère, toute ignorance et toute souffrance. Encourager de leur mieux les oeuvres de bienfaisance et de miséricorde.
2) Oeuvrer selon les directives du Magistère, avec ardeur et confiance, au rapprochement des Eglises, et à la constructiòn d’une Europe libre et chrétienne.
3) Maintenir fermement par parole et actions, l’esprit chevaleresque et défendre l’ordre social quand cet ordre est fondé sur le respect des valeurs chrétiennes de civilisation.
4) Observer strictement les statuts, les règlements et les usages de l’lnstitution et se conformer rigoureusement aux instructions et commandements du Magistère et des officiers désignés par celui-ci.
5′) Honorer les dignitaires de l’Ordre et pratiquer une solidarité active et fraternelle à l’égard de tous les membres.
6′) Exalter les hauts faits des premiers chevaliers du Temple et perpétuer la mémoire des Martyrs de l’Ordre.

Art. 24

Sont interdits de l’Ordre et rejetés de la compagnie des frères :
1) Les membres des partis, sociétés ou sectes dont les déterminations idéologiques et les activités sont dirigées contre la Sainte Eglise Chrétienne et contre la Foi.
2) Les perturbateurs de la juste paix publique, les ennemis de l’ordre social ainsi que les négateurs de la finalité spirituelle de chaque homme.
3) Les fauteurs de scandale.
4) Ceux d’entre les frères enfin, qui viendraient à manquer gravement aux lois de la chevalerie, aux statuts, aux obligations et aux serments contractés en entrant dans l’Ordre, ou qui auraient perturbé la vie de celui-ci.

Art. 25

Les insignes de l’Ordre sont : la Croix, la Plaque et le Collier.
a) La Croix est celle de l’Ordre, d’or, émaillée de rouge, de 52mm de longueur.
b) La plaque est en argent de 85mm de diamètre, à huit rayons, anglés de cinq autres moins longs, tous diamantés, portant au centre un cercle, émaillé de blanc, chargé
de la Croix de l’Ordre, en réductron, et à la bordure d’or chargée d’une couronne de laurier, formée par une double palme d’or, émaillée de vert.
c) Le Collier actuel est en or, en forme de rosaire de quatre-vingt-un grains, chaque neuvième grain plus grand que les autres;
au centre un petit médaillon ovale, d’or, décoré des lettres l.H. la première rouge et la seconde noire, auquel est suspendue
la Croix de l’Ordre, surmontée d’une couronne royale d’or, aussi le trophée militaire d’or.
*
Unique

Le Grand-Maître pourra avoir et user un Collier différentié.
Les rubans de l’Ordre sont en soie moirée noire, rouge et blanche.

Art. 26

Les Chevaliers portent la Croix, surmontée d’une couronne
suspendue au ruban noir, de 37mm, de largueur, passé en sautoir.

Art. 27

Les Officiers portent la mème Croix à la couronne surmontée d’un trophée militaire d’or.
*
Unique

Le trophée militaire est constitué par une cuirasse surmontée d’un casque au panache de trois plumes, posée sur deux hallebardes et sur une hache à dextre et une masse d’armes à senestre, le tout posé sur deux groupes de trois drapeaux aux hampes entrecroisées.

Art. 28

Les Commandeurs portent la Croix des Officiers, suspendue au ruban de 37mm de largeur, passé en sautoir, et la Plaque au cÒté gauche de la poitrine.

Art. 29

Les Grands-Officiers portent la Croix des Officiers suspendue au ruban rouge de 37 mm. de largueur, passé en sautoir, et la plaque au cóté gauche de la poitrine.

Art. 30

Les Grands-Croix portent la croix des Officiers suspendue au ruban noir de 101 mm de largueur passé en écharpe de l’épaule droite à la hanche gauche et la Plaque au cÒté gauche de la poitrine.

Art. 31

-a) Les membres de la Grande-Maîtrise pourront user le ruban grenat/rouge.
b) Les membres –
Postulants et Ecuyers usent la Croix de Chevalier suspendue au
ruban blanc, de 37mm de largueur.
Les personnes qui portent la Croix de Mérite –
Croix de 40 mm. de longueur surmontée
d’un demi cercle de laurier en or

le ruban est noir.

Art. 32

Les Chevaliers de tous les grades pourront porter la Croix de l’Ordre, surmontée de la couronne en réduction, suspendue au ruban de 10mm. de largeur ou, sans
couronne, Sur une rosette de soie noir, y étant permis l’usage des coques d’or et d’argent pour distinguer les grades : Chevalier sans coques;

une d’argent pour les Of1ciers ; dèux d’argent pour les Commandeurs ; une d’or et une d’argent pour les Grands-Officiers et deux d’or pour les Grands-Croix.  Les Dames peuvent porter un noeud du ruban de l’Ordre posé sur le cóté gauche.

Art. 33

L’uniforme traditionnel des Chevaliers de l’Ordre est le suivant :
Habit de drap bleu de roy à basques et coupé droit devant; plastron, parements et col droit en velours noir;

le col et les parements sont garnis respectivement de 1 à 4 cordons d’or ou de branches de laurier au feuillage plus ou moins touffu, selon le grade, eh broderie d’or, bordés d’un filet d’or brodé;

le plastron est orné de 16 boutons bombés et dorés
chargés de la Croix de l’Ordre, émaillée de rouge; les basques et les rabats des poches portent les mèmes broderies que le col. Epaulettes en grosses torsades en or, chargées sur l’écusson de la Croix de l’Ordre, de rouge. Ceinturon en cuir verni noir. Porte épée en
large galon d’or. Epée en forme de croix à lame plate. Dragonne en cordon d’or avec gland du mème. Pantalon en drap bleu noir, garni sur la couture d’un large galon d’or. Bottines vernies, garnis d’éperons dorés à molette. Bicorne de feutre noir garni de plumes
blanches, bordé d’un large galon d’or, ganse du méme et cocarde rouge (au centre) et blanche.
*
Unique

L’uniforme pourra ètre modifié et plus simplifié.
Le manteau, à mi-jambe, est en drap blanc, chargé sur l’épaule gauche de la croix de l’Ordre, brodée ou cousue, de 39Omm de longueur et étant l’intérieur du manteau de la mème couleur blanche.

Art. 34

Seulement les Chevaliers de l’Ordre ont le droit de porter l’uniforme, le manteau, la rosette et la réduction de la croix, en outre des insignes correspondants à leur grade.

Unique