Règlement de l’Ordre Souverain et Militaire du Temple de Jérusalem

Publié le 11 septembre 2020

L’Ordre est une organisation chevaleresque chrétienne internationale autonome qui fait remonter son héritage à l’Ordre du Temple de Jérusalem d’origine, fondé à Jérusalem vers 1118 après JC. Ces Règles sont destinées à étendre les Statuts de l’Ordre. En cas de contradiction des statuts par une quelconque règle, la langue des statuts prévaudra.

L’Ordre n’est pas organisé dans un but lucratif et aucune partie du produit net de l’Ordre ne bénéficiera à un membre privé ou à un individu. L’Ordre ne tentera pas d’influencer la législation et ne s’engagera dans aucune campagne pour ou contre des candidats politiques. L’Ordre, pleinement intégré à son esprit primitif, fondé sur les règles éthiques qui régissent ses relations, cherche aujourd’hui à défendre les libertés acquises pour promouvoir la pratique des œuvres chrétiennes de miséricorde, de bienfaisance et de charité, et à perpétuer les nobles traditions chevaleresques.

Section 1. Gouvernement de l’Ordre

Article 1. Le Grand Maître procédera à toutes les nominations et exercera la direction suprême, le contrôle administratif et exécutif sur les affaires de l’Ordre, ses établissements, ses organisations subordonnées et ses membres. Le Grand Maître a le droit d’opposer son veto à toute recommandation, résolution, décision ou procédure du Grand Conseil Magistral ou de toute organisation subordonnée de l’Ordre.

Article 2. En cas de décès ou d’invalidité permanente et totale du Grand Maître, le Grand Chancelier assumera les fonctions de Régent de l’Ordre et, dans les six mois suivant le décès ou l’invalidité du Grand Maître, organisera et dirigera une élection par les Grands Prieurs d’un nouveau Grand Maître. Le Régent, sous la direction du Grand Conseil Magistral, dirige les affaires courantes de l’Ordre jusqu’à l’élection d’un nouveau Grand Maître. Cette autorité peut être exercée par le régent pour une durée maximale de six mois, et toutes les mesures prises par le régent doivent être ratifiées par le grand conseil de la magistrature dans les plus brefs délais lors d’une réunion ou par courrier ou vote électronique de ses membres à tout moment. .

Section II : Structure de l’Ordre.

Article 1. GRAND CONSEIL MAGISTRAL. Le Grand Conseil de la Magistrature est l’organe législatif suprême de l’Ordre, composé du Grand Maître et des Grands Prieurs, avec voix prépondérante, et des Grands Officiers de la Magistrature avec voix consultative. Tout Grand Officier Magistral qui est également Grand Prieur ne peut voter qu’une seule fois en tant qu’Officier, cependant son Grand Prieuré peut également être représenté par son représentant, qui votera pour le Grand Prieuré. Le Grand Conseil Magistral se réunira au moins une fois par an.

Article 2. GRAND CHAPITRE. Une réunion annuelle du Grand Conseil Magistral, connue sous le nom de Grand Chapitre, se tiendra chaque année au moment et au lieu choisis par le Grand Maître. Le Grand Maître ou le Grand Chancelier peut convoquer des réunions spéciales du Grand Conseil Magistral. La personne qui convoque une réunion spéciale peut définir l’heure et le lieu de la réunion. Dans des circonstances extraordinaires déterminées par le Maître, les réunions du Grand Chapitre ou toute autre réunion requise conformément aux Statuts, à la loi ou au présent Règlement, peuvent être tenues par des moyens électroniques dans lesquels les membres du Grand Conseil Magistral peuvent s’écouter les uns les autres. et participer à la réunion non pas en personne mais virtuellement.

Article 3. AVIS. Le Grand Secrétaire Général doit aviser chaque membre du Grand Conseil Magistral par écrit au moins trois semaines à l’avance à l’adresse qui figure dans les archives de l’Ordre. En cas d’envoi par courrier, l’avis sera réputé délivré dix jours après avoir été déposé auprès d’un service postal national, port payé, dans une enveloppe-réponse. La présence d’un membre du Grand Conseil de la Magistrature à toute réunion renonce à la notification d’une telle réunion, sauf lorsqu’un membre y assiste dans le but exprès de s’opposer à la transaction commerciale parce que la réunion n’a pas été légalement convoquée. Il n’est pas nécessaire de spécifier le sujet à traiter ou le but detoute assemblée ordinaire ou spéciale sur convocation ou renonciation à la convocation d’une telle assemblée, à moins que les statuts ne l’exigent spécifiquement. Une réunion à laquelle assistent tous les Grands Conseillers Magistraux de l’Ordre sera valable sans préavis.

Article 4. VOTE. Les votes reçus sur toute question présentée au Grand Conseil Magistral sont comptés comme suit : Les membres du Grand Prieur du Grand Conseil Magistral ont le droit de voter pour chaque question présentée au Conseil et les Grands Officiers le droit de voter. chaque.

Article 5. MODE D’ACTION. Un tiers des membres du Grand Conseil Magistral constituera le quorum pour la transaction commerciale, à condition que si moins de la majorité des Grands Conseillers Magistériels sont présents à une réunion, la majorité des Grands Conseillers Magistraux présents peut suspendre la réunion pour un autre . temps ou

il est définitivement présumé que vous avez consenti à l’action entreprise à moins que votre dissidence ou abstention ne soit consignée dans le procès-verbal de la réunion, ou à moins que vous ne présentiez une dissidence ou une abstention par écrit à une telle action devant le Grand Secrétaire général avant l’ajournement de la même, ou transmettre ladite dissidence ou abstention par courrier recommandé ou certifié au Grand Secrétaire Général après la clôture de la réunion. Le droit à la dissidence ou à l’abstention ne s’applique pas à un Grand Conseiller Magistral qui a voté en faveur d’une telle action.

Article 6. COMMANDER LES CHAISES.

à. Le siège spirituel de l’Ordre est Jérusalem. Le siège administratif de l’Ordre sera la résidence légale du Maître.

Oui. Le siège social de l’Ordre sera le pays d’enregistrement légal de l’Ordre.

Section III. Les devoirs du grand officier de la magistrature

Article 1. Officiers de la Grande Magistrature. Au niveau international, les Grands Officiers de la Magistrature seront le Grand Chancelier, le Grand Secrétaire Général, le Grand Trésorier, le Grand Maréchal, le Grand Aumônier, le Grand Aumônier Général et les autres fonctionnaires nommés par le Grand Maître. Les Grands Prieurés peuvent sélectionner et nommer leurs propres postes d’officiers pour leur Grand Prieuré.

Article 2. Grand Chancelier. Le Grand Maître nommera un Grand Chancelier, qui servira pour un mandat de trois ans ou à la discrétion du Grand Maître. Le Grand Chancelier est le directeur des opérations de l’Ordre et exerce les fonctions désignées par le Grand Maître. Sous la direction du Grand Maître, le Grand Chancelier est le premier dirigeant de l’Ordre. Sous la direction du Grand Maître, le Grand Chancelier est chargé des affaires commerciales de l’Ordre ; il veillera à l’exécution des résolutions et directives du Grand Maître et du Grand Conseil Magistral ; et, en général, exercera toutes les fonctions liées à la fonction de Grand Chancelier.Sauf dans les cas où le pouvoir d’exécution est expressément délégué à un autre fonctionnaire ou agent de l’Ordre, ou le Grand Maître et le Grand Conseil de la Magistrature prescrivent expressément un mode d’exécution différent, le Grand Chancelier peut exécuter tout contrat pour l’Ordre. , actes, hypothèques, obligations ou autre acte que le Grand Conseil Magistral a autorisé, avec ou sans le sceau de l’Ordre, et soit individuellement soit attesté par le Grand Secrétaire Général ou tout autre fonctionnaire, conformément aux exigences de l’acte . Le Grand Chancelier peut voter tous les titres que l’Ordre a le droit de voter, sauf dans la mesure où le Grand Maître autorise un autre fonctionnaire ou agent.Le Grand Chancelier exerce les fonctions de Grand Maître en cas d’absence ou d’incapacité du Grand Maître. actes, hypothèques, obligations ou autre acte que le Grand Conseil de la Magistrature a autorisé, avec ou sans le sceau de l’Ordre, et soit individuellement, soit attesté par le Grand Secrétaire Général ou tout autre fonctionnaire, conformément aux exigences de l’acte. Le Grand Chancelier peut voter tous les titres que l’Ordre a le droit de voter, sauf dans la mesure où le Grand Maître autorise un autre fonctionnaire ou agent. Le Grand Chancelier exerce les fonctions de Grand Maître en cas d’absence ou d’incapacité du Grand Maître.actes, hypothèques, obligations ou autre acte que le Grand Conseil de la Magistrature a autorisé, avec ou sans le sceau de l’Ordre, et soit individuellement, soit attesté par le Grand Secrétaire Général ou tout autre fonctionnaire, conformément aux exigences de l’acte. Le Grand Chancelier peut voter tous les titres que l’Ordre a le droit de voter, sauf dans la mesure où le Grand Maître autorise un autre fonctionnaire ou agent. Le Grand Chancelier exerce les fonctions de Grand Maître en cas d’absence ou d’incapacité du Grand Maître. Le Grand Chancelier peut voter tous les titres que l’Ordre a le droit de voter, sauf dans la mesure où le Grand Maître autorise un autre fonctionnaire ou agent.Le Grand Chancelier exerce les fonctions de Grand Maître en cas d’absence ou d’incapacité du Grand Maître. Le Grand Chancelier peut voter tous les titres que l’Ordre a le droit de voter, sauf dans la mesure où le Grand Maître autorise un autre fonctionnaire ou agent. Le Grand Chancelier exerce les fonctions de Grand Maître en cas d’absence ou d’incapacité du Grand Maître.

Article 3. Le Grand Secrétaire Général, qui sera nommé par le Grand Chancelier après la ratification du Grand Conseil de la Magistrature et exercera ses fonctions aussi longtemps que le Grand Chancelier le souhaitera ou jusqu’à sa démission. Le Grand Secrétaire Général fournira une correspondance personnelle et un soutien administratif au Grand Maître, préparera et, si nécessaire, approuvera la correspondance et les documents de l’Ordre ; aura la responsabilité d’enregistrer les procès-verbaux des réunions du Grand Conseil Magistral ; compter et rapporter les votes du Grand Conseil Magistral ; et accomplir toutes les tâches liées au bureau du secrétaire et d’autres tâches qui peuvent être assignées par le Grand Maître ou par le Grand Conseil Magistral.Le Grand Secrétaire Général prendra les dispositions pour les Grands Couvents et autres réunions du Grand Conseil Magistral ; veiller à ce que les notifications soient faites conformément aux Statuts ; conserver ou assurer la garde des dossiers, des dossiers et du sceau de l’Ordre ; tenir un registre des adresses fournies au Grand Secrétaire général par chaque Grand Prieur ; tenir un registre de Grand-Croix et préparer et délivrer les diplômes de grade et effectuer toutes les tâches liées à la fonction de Grand Secrétaire Général et autres fonctions qui peuvent être assignées par le Grand Maître, le Grand Chancelier ou le Grand Conseil Magistral.

Article 4. Grand Trésorier, qui sera nommé par le Grand Chancelier une fois le Grand Conseil de la Magistrature ratifié et exercera ses fonctions selon le bon plaisir du Grand Chancelier ou une démission préalable, et sera responsable de toutes les affaires financières internationales de l’Ordre . Le Grand Trésorier est le chef comptable et financier de l’Ordre et est chargé et responsable de la tenue de livres comptables adéquats ; être en charge et la garde de tous les fonds et valeurs, et être responsable de leur réception et de leur décaissement conformément aux instructions écrites du Grand Conseil Magistral ; et remplir toutes les fonctions liées à la fonction de trésorier et autres fonctions qui peuvent être assignées par le Grand Chancelier ou par le Grand Conseil Magistral.Le Grand Trea

Grand Chancelier ou démission anticipée, et sera responsable des activités caritatives et humanitaires de l’Ordre conformément aux souhaits du Grand Conseil Magistral.

Article 7 Grand Aumônier Général, qui sera un clerc chrétien de haut rang, de préférence avec rang d’Évêché, qui sera nommé par le Grand Chancelier après ratification par le Grand Conseil Magistral, et exercera ses fonctions selon le bon plaisir du Grand Chancelier ou démission préalable , sera le conseiller du Grand Maître et du Grand Conseil Magistral pour toutes les questions de nature ecclésiastique et déterminera la forme du service religieux et les prières qui seront utilisées dans les occasions qui ne sont pas prévues dans les Statuts ou Règlements.

Article 8. Le Grand Maître peut nommer des Grands Maîtres Légats sur une base géographique ou autre pour servir d’intermédiaires entre les Grands Prieurés et le Grand Maître. Les devoirs des Grands Legs Magistral sont d’aider les Grands Prieurés sous leur responsabilité à grandir et à prospérer dans les fins chevaleresques de l’Ordre, de veiller au respect des normes convenues, notamment en ce qui concerne le recrutement, la formation, les contributions, les rites et les cérémonies, l’uniformité, les activités humanitaires, chevaleresques et religieuses, de vérifier la conformité des Grands Prieurés au présent Règlement et aux Statuts et de rapporter leurs constatations et observations au Maître, préservant ainsi l’indépendance des Grands Prieurés et maintenant la structure hiérarchique de l’Ordre .

Article 9. Le Grand Maître peut nommer d’autres officiers qui occuperont son poste pendant le temps que le Grand Maître ou jusqu’à sa révocation ou sa démission sont chargés des affaires qui leur sont soumises par le Grand Maître. Chaque Grand Prieur peut désigner les fonctionnaires et postes qu’il juge nécessaires au fonctionnement de son Grand Prieuré.

Section IV : Comités

Article 1. Les commissions permanentes de l’Ordre sont :

Commission des Statuts de l’Ordre
Commission d’Histoire de l’Ordre Commission du
Trésor
Commission de l’Aumône

Les commissions permanentes exerceront la fonction qui leur est déléguée par le Grand Conseil de la Magistrature.

à. COMMISSION DES STATUTS DE L’ORDRE. La commission conseillera le Grand Conseil Magistral sur l’organisation et les Statuts et Canons de l’Ordre. Le comité conseillera également le Grand Conseil Magistral sur toutes les questions et les questions juridiques de l’Ordre.

Oui. COMMISSION D’HISTOIRE DE L’ORDRE. La commission conseillera le Grand Conseil Magistral sur toutes les questions de rituel, d’héraldique et d’histoire de l’Ordre ; développer un Rituel uniforme à utiliser dans toutes les dotations, promotions et cérémonies de l’Ordre ; rechercher, compiler et publier, le cas échéant, des articles historiques sur l’Ordre ; Il compilera, cataloguera et maintiendra, en coordination avec le Grand Secrétaire Général, les archives de l’Ordre, et il maintiendra une bibliothèque d’armes de tous les armigene membres de l’Ordre.

C. COMITÉ DU TRÉSOR. Le comité conseillera le Grand Conseil Magistral et le Grand Trésorier sur toutes les questions financières de l’Ordre ; recommander la sélection des comptables et des dépositaires; superviser les investissements de l’Ordre ; et préparera un budget annuel, qui comprendra le montant et le calendrier des Oblations à l’Ordre, qui sera présenté au Grand Conseil Magistral pour adoption lors de son Chapitre Général.

ré. COMITÉ DE L’AUMÈNE. Le comité conseillera le Grand Conseil Magistral sur toutes les affaires caritatives de l’Ordre ; sélectionner des œuvres caritatives et des causes dignes que l’Ordre soutiendra ; doit, en coordination avec le Comité du Trésor, préparer un budget pour les dons de bienfaisance à l’Ordre ; coordonner les activités caritatives des Grands Prieurs pour réduire la duplication des efforts et maximiser les bénéfices caritatifs et publier un rapport annuel sur les collectes et les déboursés caritatifs de l’Ordre. Chaque Grand Prieuré consolidera les rapports des activités caritatives de ses unités de membres et enverra le rapport consolidé au Comité de l’Aumône chaque année.

moi. AUTRES COMITÉS. D’autres comités, qui n’exercent pas l’autorité du Grand Conseil Magistral, peuvent être nommés par résolution adoptée à la majorité des Conseillers Grand Magistral. Sauf disposition contraire dans ladite résolution, le Grand Chancelier nommera et révoquera les membres et les présidents des comités à condition que les meilleurs intérêts de l’Ordre soient servis.

Article 2. DURÉE DU POSTE. Chaque membre du comité servira jusqu’au prochain chapitre général du Grand Conseil Magistral, et jusqu’à ce qu’un successeur soit nommé, à moins que le membre ne soit révoqué ou cesse d’être membre du comité, ou que le comité se dissolve plus tôt.

Article 3. PRÉSIDENT. Un membre de chaque commission est nommé par le Grand Chancelier comme président de la commission.

Article 4. VACANCES. Les vacances au sein de tout comité peuvent être comblées par des nominations faites de la même manière que dans le cas des nominations initiales.

Article 5. QUORUM. Sauf disposition contraire dans la résolution nommant un comité, la majorité du comité constitue un quorum et l’acte de la majorité des membres présents à une réunion où il y a quorum est l’acte du comité.

Article 6. RÈGLES. Chaque commission peut adopter des règles de gouvernance qui ne sont pas incompatibles avec les présents Statuts ou avec les règles adoptées par le Grand Conseil de la Magistrature.

Section V. Membres de l’Ordre

Article 1. Les membres de l’Ordre sont :

à. MESSIEURS. Les chevaliers chrétiens qui soutiennent les principes de la chevalerie, qui s’engagent à obéir aux Statuts et Règlements de l’Ordre, et qui s’engagent à faire et à garder les vœux requis par le Rituel de l’Ordre, peuvent être invités à être investis dans l’Ordre, et même investis dans l’Ordre, ils seront appelés Postulants. Une fois investies dans l’Ordre, ces personnes seront considérées Chevaliers de l’Ordre avec tous les droits accordés aux membres.

Oui. DAMES. Les dames chrétiennes qui sont d’un rang social élevé, ou qui appartiennent à des familles de chevaliers, peuvent devenir membres de l’Ordre, et par mérite démontré peuvent atteindre les mêmes rangs que les chevaliers, à l’exception du fait que « Dame » remplacera « Gentleman ». dans la gamme et le “D” initial remplacera le “K” initial dans les POSTNOMIALS.

C. Les Grands Prieurés peuvent nommer leurs membres différemment.

Article 2. Conditions et modalités d’admission à l’Ordre :

à. Les chevaliers et dignitaires de l’Ordre doivent démontrer une participation active dans leur église; pratiquer les œuvres de miséricorde, de bienfaisance et de charité selon leurs moyens ; exalte les hauts faits des anciens Chevaliers du Temple et vénère les jours des martyrs de l’Ordre ; manifestez par des paroles et des actes un esprit chevaleresque; observer strictement les statuts, règlements, instructions de l’Ordre et les décisions du Maître et de ses représentants ; Honorez et respectez les hauts dignitaires de l’Ordre et pratiquez la fraternité et la solidarité entre tous les Templiers, représentés par le Serment de l’Ordre. Un membre ne sera considéré en règle que s’il a payé toutes les oblations dues.

Oui. Pour demander l’admission à l’Ordre, le candidat doit être majeur,
avoir l’honneur, les vertus et le comportement d’un vrai gentleman ou lady, avoir lu les Statuts et Règlements de l’Ordre et accepter de les respecter.

C. Les candidats doivent soumettre deux photographies récentes et un curriculum vitae avec nom complet, adresse, nationalité, date et lieu de naissance, noms des parents, état civil, date et lieu du mariage, profession, toutes œuvres littéraires et scientifiques, publications, distinctions honorifiques , universitaires. réalisations militaires et civiles, récompenses et décorations, et une liste de tous les autres ordres auxquels ils appartiennent. Les candidats doivent signer la déclaration de foi templière ci-jointe.

ré. Numéros de membre. Lorsqu’un individu est investi dans l’Ordre, il se voit attribuer un numéro unique par son Grand Prieur qui est signalé au Grand Secrétaire Général et inscrit dans un registre tenu par le Grand Secrétaire Général. Le numéro prouve que l’individu a été accepté / investi en tant que membre de l’Ordre des Templiers. Chaque Grand Prieuré délivrera des numéros de membre à ses chevaliers et dames. La séquence de numérotation dépendra de la décision de chaque Grand Prieur, mais chaque numéro commencera par les initiales OSMTJ suivies du code de pays à deux chiffres internationalement reconnu pour chaque nation, par ex. Par exemple US pour les États-Unis, ES pour l’Espagne, GE pour la Géorgie, etc., suivi du numéro délivré par le Grand Prieuré.

moi. Ces documents doivent être présentés au chef de l’entité templière dans laquelle réside le membre potentiel. Une personne acceptée pour devenir postulante dans l’Ordre doit servir un an dans cet état « pour déterminer si l’Esprit vient de Dieu ». Un Grand Prieur, un Officier de Magistrature ou un Grand Légat de Magistrature peut faire des exceptions à la période d’attente.

Article 3. RANG ET PROMOTION. Il y a quatre rangs de membres : Chevaliers, Chevaliers Commandeurs, Chevaliers Grands Officiers et Chevaliers Grand-Croix. Le Grand Maître, le Grand Chancelier ou le Grand Conseil Magistral peut promouvoir tout Chevalier à n’importe quel grade en

un dévouement et un service appropriés à l’Ordre, sans respecter l’ancien grade de ce membre.
à. Chevalier (KTJ). Un membre sera investi dans l’Ordre avec le grade de Chevalier. Seul un officier de l’Ordre en position de Prieur ou supérieur peut investir un membre en tant que Chevalier.
Oui. Chevalier Commandeur (KCTJ). Une fois qu’il a fait preuve d’un service et d’un dévouement appropriés à l’Ordre, tel que prévu dans le Rituel, un Prieur, Grand Prieur ou Grand Officier de Magistrature de l’Ordre peut être promu Chevalier Commandeur.
C. Chevalier Grand Officier (KGOTJ).En démontrant un service et un dévouement appropriés à l’Ordre comme prévu dans le Rituel, un Chevalier Commandeur peut être promu Chevalier Grand Officier par un Grand Prieur ou Grand Officier Magistral de l’Ordre.

ré. Chevalier de la Grand-Croix (KGCTJ). En démontrant un service et un dévouement appropriés à l’Ordre comme prévu dans le Rituel, un Chevalier Grand Officier peut être promu, avec l’approbation du Grand Conseil Magistral, Chevalier Grand-Croix par un Grand Officier Magistral de l’Ordre.

Article 4. TITRES ET POSTNOMIOS. Un Chevalier de l’Ordre, quel que soit son rang, sera connu sous le nom de « Chevalier » ou titre équivalent dans la langue du Grand Prieuré dont il est membre. Les initiales post-nominales désigneront le rang des Chevaliers en utilisant les premières initiales du rang du Chevalier, suivies de TJ, pour le Temple de Jérusalem, c’est-à-dire qu’un Chevalier de la Grand-Croix peut utiliser les initiales post-nominales KGCTJ . Les initiales post-nominales peuvent être modifiées pour s’adapter à la langue du Grand Prieuré dont le Chevalier est membre. Les chevaliers de tous les rangs s’appelleront « frère » ou le titre équivalent dans la langue du Grand Prieuré dont le chevalier est membre.Les signatures des chevaliers peuvent être précédées de l’initiale F. Les signatures des commandeurs d’une simple croix ;

Article 5. INSIGNES. Les insignes de l’Ordre sont la croix patté, l’étoile sur la poitrine et le grand cou, ainsi que le ruban de l’Ordre en soie moirée noire ou rouge et noire.

à. Les chevaliers portent la croix templière surmontée d’une couronne suspendue en sautoir.
Oui. Les commandeurs portent la croix des Templiers surmontée d’une couronne, suspendue en sautoir et l’étoile de la poitrine sur le côté gauche de la poitrine.
C. Les grands officiers portent la même croix à la couronne surmontée d’un trophée militaire, suspendu en sautoir et l’étoile de la poitrine sur le côté gauche de la poitrine.
ré. De grandes croix portent la Croix de Grand Officier qui pend de l’épaule droite sur un ruban moiré noir de 101 mm de large, se glisse dans une écharpe et se noue avec une rosace sur la hanche gauche et l’étoile de poitrine sur le côté. poitrine gauche.
moi.Le manteau de l’Ordre est en drap blanc, avec le patté croix rouge de 260 mm de long cousu sur l’épaule gauche, le manteau bordé de rouge, avec ou sans capuche. Seuls les Chevaliers et Dames de l’Ordre peuvent porter le manteau. la rosace et la miniature de la croix, en plus des insignes correspondant à son grade.

Article 6. SUPPRESSION. Tout Chevalier ou Dame dont les actions sont contraires aux buts de l’Ordre ou portent atteinte au bon ordre de celui-ci peut être exclu pour la cause de l’Ordre par le Maître ou par un vote affirmatif de la majorité des membres du Grand Conseil Magistral. . Un vote affirmatif est suffisant pour établir une cause de révocation. L’adhésion, en soi, ne créera pas de droits contractuels pour un membre, et aucun membre n’aura droit à un remboursement de toute oblation lors de la suppression.

Article 7. TRANSFERT. Un Chevalier peut transférer son adhésion entre les Grands Prieurés avec l’approbation à la fois du Grand Prieur receveur et du perdant, mais l’adhésion à l’Ordre lui-même ne sera pas cessible ou transférable.

Section VI – Entités de l’Ordre

Article 1. GRANDS PRIOS. Le Grand Maître nomme ou approuve l’élection par le Grand Prieuré d’un Grand Prieur comme son représentant pour siéger au Grand Conseil Magistral.

Article 2. HAUTES PRIORITÉS. Les Chevaliers de l’Ordre sont organisés en Grands Prieurés qui suivront les frontières géographiques des États-nations. Seul un Grand Prieuré peut être reconnu par le Grand Conseil Magistral comme représentant les Chevaliers d’un état national. Les chevaliers sont normalement membres du Grand Prieuré national dans lequel ils résident. Le transfert de l’adhésion à un autre Grand Prieuré nécessite le consentement des Grands Prieurs gagnants et perdants. Un Grand Prieuré doit être composé d’un minimum de 40 membres ; un Prieuré sera composé d’un minimum de vingt-cinq membres et un Commandement sera composé d’un minimum de dix membres.D’autres entités organisationnelles peuvent être créées par le Grand Maître ou reconnues par le Grand Conseil Ministériel avec moins de membres.

Article 3. GRANDES RÈGLES DE PRIORITÉ. Chaque Grand Prieuré peut adopter de telles règles, qui ne sont pas incompatibles avec les Statuts et toute autre politique adoptée par le Grand Conseil Magistral de temps à autre, mais qui sont compatibles avec ses lois nationales, pour la gouvernance de ses affaires et t

Article 4. SOUS-UNITÉS DE LA GRANDE PRIORITÉ. Les Grands Prieurs peuvent organiser leurs Grands Prieurés en unités de membres géographiques, généralement composées d’un ou plusieurs États, provinces ou villes, selon le cas, en fonction de la population et de la densité de membres.

Article 5. ENTITÉS NATIONALES. Par Entité Nationale, on entend l’organisation des Templiers dans un État souverain internationalement reconnu qui sera reconnu comme membre de l’Ordre. Si une Entité nationale est plus petite qu’un Grand Prieuré, plus d’une Entité nationale peut être organisée dans un État jusqu’à ce que le nombre de membres Templiers dans cet État atteigne le nombre requis pour former un Grand Prieuré.

Section 6. Nouvelles entités dans l’ordre

à. Conditions préalables à l’acceptation.
L’Ordre peut accepter une nouvelle entité qui soumet une demande au Grand Chancelier avec :
• Une copie des documents qui démontrent le statut juridique de l’entité en vertu du droit national (Statuts constitutifs ou similaire).
• Copie des statuts, statuts ou documents similaires décrivant le fonctionnement de l’entité.
• Liste des officiels, avec adresses e-mail et domicile et numéros de téléphone.
• Liste des chevaliers et dames indiquant leur rang au sein de l’Ordre.
• Copie des rapports financiers des trois années précédentes indiquant au moins la source des fonds reçus, l’affectation des fonds dépensés et les soldes finaux disponibles.
• Explication des activités de l’entité qui soutiennent les buts caritatifs chrétiens de l’Ordre.

Le Grand Chancelier examinera la demande pour vérifier qu’elle est complète puis, après l’enquête qu’il jugera appropriée, présentera une recommandation au Grand Conseil Magistral pour que le Maître prenne une décision :

Oui. Accord pour demander l’adhésion.
Une entité, en soumettant une demande d’adhésion, acceptera d’être liée par tous les termes et conditions des statuts, règles et règlements, et fournira des preuves suffisantes que le représentant du nouveau membre peut également engager ses messieurs et dames sans limitation, comme si chaque monsieur ou dame avait soumis la demande, et à compter de la date d’acceptation du membre par le Grand Conseil Magistral, les termes et conditions des Statuts, Règlement et Règlement régiront les droits et obligations du nouveau membre entité, avec l’intention de rester juridiquement lié.

C. Licence conditionnelle pour l’utilisation du Nom et de l’Insigne de l’Ordre.
Toute entité de l’Ordre peut utiliser sur son territoire attribué par l’Ordre tout nom, insigne, drapeaux, en-têtes, manteaux, croix (« produits sous licence ») de l’Ordre dans une licence non exclusive accordée par l’Ordre. Cette licence n’est pas divisible, ni cessible ni sous-licenciable par l’entité. Cependant, chaque entité membre et ses messieurs et dames ont le droit d’utiliser les produits sous licence conformément aux conditions contenues dans les présentes, ce qui constituera une licence de marque OSMTJ. Accord entre l’Ordre et chaque Membre. En cas de résiliation de l’adhésion d’une entité ou de tout homme ou femme pour quelque raison que ce soit, la licence de marque cessera d’exister.L’entité s’engage à faire respecter le présent contrat de licence de marque contre ses messieurs et dames, en particulier lorsqu’ils ne se conforment pas au paiement des frais ou lorsqu’ils prennent des mesures contraires aux bonnes affaires de la commande. Toutes les entités membres et messieurs et dames conviennent spécifiquement que :
• L’Ordre a le contrôle exclusif de la marque de propriété collective (la marque) à travers son Magistère, qui est l’organe directeur de l’Ordre.
• L’Ordre est une association d’associations : Grands Prieurés et Prieurés et leurs commissions respectives dûment admis par vote du Magistère à l’Ordre, ont signé leurs Statuts et maintiennent les obligations d’adhésion décrites dans les Statuts, Règlement et Règlement. .Le Grand Chancelier tient une liste des entités dûment admises.
• L’autorisation d’utilisation est automatiquement retirée dès qu’un membre ou une entité se dissout, retire son adhésion à l’OSMTJ, est expulsé ou devient obsolète de quelque manière que ce soit. L’autorisation d’utilisation est également automatiquement retirée à un membre ou une entité en cas de non-respect des Statuts ou du présent Règlement.

Article 7. Résiliation de l’adhésion. Toute Entité Nationale peut résilier sa qualité de membre à compter de la fin de l’année fiscale de l’Ordre après la date de réception de la notification de résiliation par écrit par le Grand Conseil Magistral ou le Grand Secrétaire Général. En cas de résiliation, les cotisations annuelles dues au moment de la résiliation et dues jusqu’à la date effective de résiliation seront payées par le Membre résilié. Toutes les fonctions officielles du membre résiliant cesseront à la date de réception de cet avis de résiliation par l’Ordre. Après la date ou la réception de l’avis de résiliation, le membre résiliant et ses chevaliers et dames ne porteront aucun des insignes, noms ou slogans liés à l’Ordre.

Section VII. LA FINANCE.
Article 1. L’Ordre est un organisme culturel et humanitaire à but non lucratif et non une association, société commerciale ou

les autres membres de l’Ordre seront considérés comme Simony et entraîneront l’exclusion de l’Ordre.
Article 2. L’exercice annuel de l’Ordre est du 1er janvier au 31 décembre. Les ressources financières de l’Ordre proviennent exclusivement :
• des cotisations (oblations / contributions / dons) nécessaires au soutien des activités de l’Ordre et de ses activités caritatives et humanitaires.
• cotisations, donations et legs
• cotisations pour les réunions de l’Ordre et vente d’insignes, capes et/ou décorations templières
Article 3. Les Grands Prieurs organisent les cotisations et les donations sur leur territoire national, guidés par leur expérience, leurs traditions et leurs capacités. conformément à l’éthique des Templiers, en quantités communément acceptées.Les Grands Prieurs nationaux sont tenus de payer les cotisations annuelles de leur pays pour couvrir les frais d’administration de l’Ordre. Le montant de la redevance est fixé par le Grand Conseil Magistral. Les fonds collectés pour l’administration de l’Ordre pour l’année en cours doivent être transférés au Grand Trésorier de l’Ordre, chaque année au plus tard le 27 décembre (Saint Jean l’Evangéliste). Chaque année, avant le 18 mars, le Grand Trésorier établira un rapport financier (par écrit, avec en annexe des extraits de comptes et des documents financiers) sur les recettes et dépenses de l’année précédente.
Article 4. Si un Grand Prieuré ou autre Entité Nationale de l’Ordre ne paie pas sa cotisation dans les quatre-vingt-dix jours suivant la facturation du Grand Trésorier, le vote et l’adhésion de ladite entité seront automatiquement suspendus. Si une entité ne s’acquitte pas de ses obligations pendant trois années consécutives ou ne soumet pas un rapport annuel de situation avec toutes les pièces jointes requises, elle sera automatiquement exclue de l’Ordre. Une entité exclue ou suspendue peut demander sa réadmission à l’Ordre comme s’il s’agissait d’un nouveau membre.

Section VIII. Interprétation et amendement.

Article 1. Dans le présent Règlement, sauf indication contraire du contexte, les mots désignant le masculin incluent le féminin, les mots au singulier incluent le pluriel et les mots au pluriel incluent le singulier, le tout selon le contexte.

Article 2. Si une partie du présent Règlement est déclarée invalide par l’autorité compétente, le reste du Règlement restera pleinement en vigueur.

Article 3. En cas de doute sur l’interprétation du présent Règlement, la question sera soumise au Grand Maître, dont la décision sera définitive.

DÉCLARATION DE FOI DES TEMPLIERS

Nous, les Templiers et Dames de l’Ordre Souverain et Militaire du Temple de Jérusalem (OSMTJ), armés de l’héritage, des traditions, des principes et des enseignements de l’Ordre qui a prospéré aux XIIe et XIIIe siècles, sommes venus ici intentionnellement et de notre libre arbitre, de professer notre foi chrétienne qui a enduré des siècles de répression et de martyre ;

Agissant conformément aux Commandements du Christ, pleinement conscients de l’héritage chrétien qui nous a été transmis du passé lointain à travers les sacrifices de nombreux êtres humains, souvent obscurcis par la torture, les mensonges et les moqueries et par le silence et l’ignoble trahison, un héritage que nous acceptons en pleine compréhension de ses conséquences et de la responsabilité qu’il comporte, professant notre foi en la divinité et la divinité de notre Seigneur Jésus-Christ et reconnaissant la sainte trinité du Père, du Fils et du Saint-Esprit.

Croire en l’identité et la valeur commune de chaque être humain, et en sa justice et sa capacité créatrice, en sa capacité de souffrir et de se repentir de ses fautes dans la recherche du bien et dans l’éminente bonté de notre être ;

Confiance dans la lutte éternelle pour la perfection et dans la capacité de repousser le mal, d’être juste, sensible et impartial avec la ténacité d’un esprit déterminé, calibré par une attitude engagée à parler et à agir avec honnêteté intellectuelle dans un esprit de solidarité et de morale . la discipline chrétienne, tant dans notre vie privée que publique ;

Convaincu que l’acte de se reconnaître avec l’identité commune des êtres humains, dans la discipline de la pratique et du mode de vie réels, dans la capacité de pratiquer l’œcuménisme, en solidarité avec tous les autres êtres humains sans distinction de race, de culture, de langue ou de statut socio-économique , qui constitue le fondement d’une société vraiment humaine, juste et bien ordonnée ;

Avoir la certitude de la capacité de réponse et de défi qui se pose à la société du monde moderne à travers la lutte constante contre les barbaries répétées dérivées du manque de culture, de l’intolérance, du racisme, de la haine et de l’orgueil du pouvoir, combattues en afin d’améliorer la spiritualité et la matérialité. la vie de tous, et en particulier des faibles et des souffrants ;

PAR CONSÉQUENT, nous nous engageons dans le cadre des principes chrétiens du code moral des Templiers établi par la Règle de S.

, et les valeurs conquises à travers l’histoire, que nous défendrons la construction d’un système dans lequel ces principes se matérialisent pleinement, contribuant ainsi à :

• La création d’un lien forgé dans la solidarité et l’entraide entre les humains,
• La formation et la promotion de l’être humain et de ses dons éthiques et intellectuels,
• L’amélioration de la vie spirituelle et morale chrétienne des groupes sociaux dont nous faisons partie et les institutions qui les gouvernent,
• Soutenir les personnes dans le besoin à travers des œuvres d’assistance, caritatives et humanitaires.
• La pratique d’un bon comportement chrétien basé sur la Bible chrétienne et l’expression d’une nouvelle élite spirituelle et morale dans notre société,
• La promotion des valeurs idéales chrétiennes universelles, matérielles et spirituelles qui accordent l’égalité à tous dans leurs devoirs et droits, au-delà de la restriction des frontières, des habitudes, des modes de vie et des concepts, sous tous les ciels de chaque pays.

Avec ce qui précède à l’esprit, je m’engage à respecter les traditions chevaleresques et les idées chrétiennes de l’Ordre Souverain et Militaire du Temple de Jérusalem et à faire de mon mieux pour donner la parole aux opprimés, la force aux faibles et aux affligés, et la générosité aux pauvres; Je ne rendrai qu’un véritable témoignage à mes frères et sœurs en Christ, et je les servirai ainsi que l’Ordre au mieux de mes capacités. Alors aide-moi Dieu.